http://musique.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Faculté des arts|faculte-arts|http://arts.uqam.ca/

Département de musique


Recherche


dept.musique@uqam.ca



(histoire de la notation musicale et compositeur)

Coordonnées

Après un baccalauréat en sciences biologiques, Antoine Ouellette s’est orienté vers la musique. En 2006, il obtenait un PH. D. (Mention d’excellence) en Études et pratiques des arts à l’UQAM, pour une thèse interdisciplinaire et novatrice intitulée Le chant des oyseaulx : comment la musique des oiseaux devient musique humaine. Désireux de partager ses passions avec un plus large public, Antoine Ouellette a remanié sa thèse en un essai biomusicologique paru en 2008 aux Éditions Triptyque sous le titre Le chant des oyseaulx. Excellent communicateur, il a depuis donné plusieurs entrevues, conférences et ateliers sur le sujet.

Musicologue, il enseigne l’histoire de la musique et la musicologie au Département de musique de l’UQAM. Compositeur agréé et membre votant du Centre de musique canadienne, Antoine Ouellette est l’auteur d’une quarantaine de partitions dont Bourrasque, pour flûte seule (publiée par les prestigieuses Éditions Henry Lemoine de Paris) et Une Messe pour le Vent qui souffle, pour orgue, qui s’est méritée les éloges unanimes de la critique. En 2008, trois de ses œuvres ont été données en première, chaque fois avec grand succès public, dont Joie des Grives, pour orchestre symphonique, sous la direction de Jean-Marie Zeitouni au Festival international de Lanaudière. Une autre œuvre symphonique, Perce-neige, a été donnée en première le 15 février 2009 par l’Orchestre symphonique de l’Île-du-Prince-Édouard sous la direction du chef états-unien James Mark et a été chaleureusement accueillie par le public.

Antoine Ouellette s’intéresse aussi au chant grégorien, qu’il a étudié auprès de maîtres réputés et qu’il dirige régulièrement depuis plusieurs années. Depuis 2006, il pratique le Bharata Natyam, style de danse classique de l’Inde du Sud, auprès de Ginette Dion-Ahmed. Il a ainsi composé récemment deux œuvres, dont l’une chorégraphique, mariant instruments indiens et occidentaux ; œuvres données en première en juin 2008. Sa démarche très personnelle de compositeur participe de la tradition classique occidentale à laquelle elle intègre tant les techniques contemporaines que les grands principes fondamentaux des musiques modales (dont le chant grégorien et la musique de l’Inde). À la fois méditative et énergique, sa musique porte les échos des sons de la nature, en appelant la civilisation humaine à une meilleure harmonisation avec celle-ci.

Retour en haut de page